Maud Blandel — I L K A

TéléchargementTéléchargement
Revue de presse — Maud Blandel (pdf - 2.75 MB)

Formée initialement à la danse contemporaine, Maud Blandel (1986) poursuit sa formation à la Manufacture de Lausanne en section « mise en scène », puis en work.master à la Haute Ecole d’Art et de Design (HEAD) de Genève. Entre 2013 et 2017, elle collabore étroitement avec le metteur en scène Karim Bel Kacem sur les créations transdisciplainaires portées du Think Tank Théâtre (Blasted, Gulliver, Mesure pour mesure, 23 rue Couperin - point de vue d’un pigeon sur l’architecture). 

En 2015 elle créée I L K A, une structure de création et de réflexion autour des pratiques chorégraphiques et développe son propre travail avec les créations de TOUCH DOWN (2016), et Lignes de conduite (2018).
Elle assiste Rachid Ouramdane lors de la création Murmuration pour le Ballet de Loraine en 2016 et, plus récemment, le compositeur et metteur en scène Heiner Goebbels pour sa toute dernière production Everything that happened and would happen dans le cadre du Manchester International Festival. Préoccupée par la notion élargie de chorégraphie, elle développera au cours de la saison 2018-19 plusieurs laboratoires avec notamment les étudiants de l’Ecole nationale supérieure de la photographie (Arles), ou encore avec Contrechamps - Ensemble de musique contemporaine de Genève afin de re-penser la pratique chorégraphique au regard d’autres médiums.

Maud Blandel est artiste associée à l’Arsenic - centre d’art scénique contemporain de Lausanne depuis septembre 2018. 

Le temps du divertissement (titre provisoire)

Maud Blandel — I L K A

 

 

Concept et chorégraphie
Maud Blandel
Chorégraphie et interprétation
Maya Masse
Composition
Antoine Françoise et Simon Aeschimann (Ensemble Contrechamps)
Avec
Maya Masse (danseuse), Simon Aeschimann (guitare), Serge Bonvalot (tuba), Antoine Françoise (piano)
Lumière
Daniel Demont
Scénographie (en cours)
Technique du son (en cours)
 
 
 
Production
I L K A
 
Production et diffusion internationale
Parallèle - Plateforme pour la jeune création internationale (FR)
 
Coproductions
Arsenic - centre d'art scénique contemporain  Lausanne (CH) ; ADC - Association pour la Danse Contemporaine, Genève (CH) ; Contrechamps, Ensemble de musique contemporaine de Genève (CH)   Accueil en résidence La place de la danse — Centre chorégraphique national Toulouse - Occitanie (FR) ; Arsenic - centre d'art scénique contemporain Lausanne (CH) ; Maison des arts du Grütli - Studio de danse de l'ADC (CH)  ; Centro Cultural do Car taxo, organisé dans le cadre  de Materiais Di verses dans le cadre de MTT (PT) ; Kanuti Guild Hall (EE) ; Centre National de la Danse, dans le cadre de la formation édition speciale #3
 
 
Projet européen
La pièce se développera dans le cadre du projet européen « More Than This ». Partenaires:  L’Officina, Festival DANSEM   Marseille (FR) / Festival Parallèle, Marseille (FR) / Area, Festival Short Theatre, Rome (IT) / Materiais Diversos, Minde (PT) / Asociación 5. Asociación Cultural Gestus — Madrid (ES) 6. MTU Teine Tants / Saal Biannaal — Tallinn (EE) Soutien (en cours) La ville de Lausanne (CH) ; Pro Helvetia - Fon dation suisse pour la culture (CH)
Avec le soutien du Fonds culturel de la Société Suisse des Auteurs (SSA)
22 janv. - 26 janv. 2020
Arsenic – Centre d'art scénique contemporain
18 mars - 22 mars 2020
ADC - Association pour la Danse Contemporaine

 

Le temps du divertissement (titre provisoire) est un solo pour une danseuse (Maya Masse) à laquelle seront associés trois solistes de l’Ensemble Contrechamps.
En contrepoint des pièces formelles de groupes précédemment écrites (Touch Down en 2015, puis Lignes de conduite en 2018), qui envisageaient toutes deux l’unisson comme outil de représentation d’une communauté, ce nouveau format apparait comme la possibilité de complexifier des procédés d'écriture en s’orientant vers une pensée polyphonique de la composition.
Le temps du divertissement (titre provisoire) proposera ainsi une interprétation des trois premiers  Divertimenti de Mozart. Le travail consistera à la réorchestration d’une partition originellement pensée pour un quatuor à cordes pour 4 nouvelles voix : celles du piano, de la guitare, du tuba et de la danse.
 
Qu’est-ce qu’une telle transposition révèle du divertissement ? Comment faire du corps dansant le quatrième membre d’un quatuor ? Et qu’est-ce que cette nouvelle organisation dévoile de la fonction divertissante ? Telles sont les interrogations qu’ouvrira cette création.
 
A ce procédé de traduction s’ajoutera un second paramètre : celui du burlesque comme modalité de composition. Le temps du divertissement (titre provisoire) posera ainsi la question du temps, des vitesses, de ce que les différences de tempo suscitent lorsqu’elles doivent cohabiter, de ce que l’accélération et le ralentissement produisent en terme d’expressivité.
 
Si l’on s’accorde aux ressorts d’un tel mode d’expression, penser un corps burlesque c’est aussi lui offrir momentanément ce qui lui semblait interdit : sa faiblesse devient sa puissance, et inversement. Car le corps burlesque pourrait être celui en lequel s'opère l' inversion de polarités.
 
Derrière cette approche, c’est notre rapport à la perception qui sera interrogé. Si la lecture d’une action relève d’un agencement visuel, elle dépend également d’une construction sonore. En explorant les jeux de synchronisation / désynchronisation entre ce qui est vu et entendu, Le temps du divertissement (titre provisoire)  tendra à déployer tout le potentiel d’une écriture burlesque : la création d’un corps musical, affranchi des nécessités narratives, dont il s’agira avant tout d’observer les capacités à déjouer nos systèmes d’interprétation.
 
 

Lignes de conduite

Maud Blandel — I L K A

TéléchargementTéléchargement
Dossier artistique — Lignes de conduite de Maud Blandel (pdf - 4.41 MB)
 
Concept et chorégraphie
Maud Blandel 
Collaboration à l’écriture chorégraphique
Maya Masse
Musique originale
Charlemagne Palestine
Arrangements musicaux
Clive Jenkins
Scénographie
Karim Bel Kacem
Création lumière
Jean-Philippe Roy
Régie lumière
Edouard Hügli
Direction technique
Silouane Kohler 
Avec
Gabriela Gómez Abaitua, Maya Masse, Romane Peytavin, Caroline Savi Marsalo
 
 

Production
I L K A
 
Soutien administratif
Alexandra Nivon
 
Production et diffusion internationale
Parallèle - Plateforme pour la jeune création internationale (FR)

Coproductions
Arsenic - centre d'art scénique contemporain - Lausanne (CH), ICI — centre chorégraphique national Montpellier - Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / Direction Christian Rizzo (FR), PACT Zollverein - Essen (DE),  La Passerelle - Scène nationale de Gap, Alpes du sud (FR)

Soutiens
Ville de Lausanne (CH), Pro Helvetia (FR), Loterie Romande, Service culturel Migros Vaud (CH)

Accueils en résidence
ICI — centre chorégraphique national Montpellier - Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / Direction Christian Rizzo (FR),  La Villette, Paris (FR), Ballet du nord - CCN de Roubaix - Hauts-de-France (FR),  PACT Zollverein - Essen (DE), La Passerelle - Scène nationale de Gap, Alpes du sud (FR)
 
Soutien à la tournée
Pour-cent culturel Migros (CH), Corodis (CH), Pro Helvetia (CH)

 

Danse
17 sept. - 18 sept. 2019
Théâtre de la Ville
13 avril 2019
Théâtre de Vanves - 21e Artdanthé — Vanves
31 janv. 2019 — 21H
KLAP Maison pour la danse — Marseille
31 oct. - 04 nov. 2018
ADC - Genève
17 avril - 22 avril 2018
Arsenic

De tous temps, chaque culture a su inventer ses propres rituels de transe afin de libérer les âmes captives d’une communauté. Qu’importe le régime fictionnel du rituel, il s’agit dans tous les cas d’une traversée: une extase, ou la possibilité d’être hors de soi, lors d’un temps limité. 
Pour sa seconde pièce, Maud Blandel choisit d’enquêter sur l’un de ces rituels: le tarentisme. Rite de guérison populaire du sud de l’Italie mêlant christianisme, pratiques magiques et catharsis musicale, il ne témoigne pas seulement des formes conjuratoires mis en place par une société, il rend également compte de tout un pan de l’évolution des rapports de force culturels. D’origine tellurique puis religieuse, le tarentine est aujourd’hui récupéré par une féroce industrie touristico-festive.                                 
Pièce formelle pour 4 danseuses, Lignes de conduite choisit de retracer l’évolution du phénomène de possession afin d’interroger poétiquement ce qu’a produit la spectacularisation de telles pratiques. 

 

  

 

TOUCH DOWN (time out)

Maud Blandel — I L K A

 

 

Concept et chorégraphie
Maud Blandel
Avec
Colline Libon, Maya Masse, Alexane Poggi 
 
 
Production et diffusion internationale
Parallèle - Plateforme pour la jeune création internationale, Marseille (FR)
 
Administration
Alexandra Nivon
 
En coréalisation avec
Mucem, Marseille (FR)
 
Avec le soutien de
Pro Helvetia (CH)
 
 
Durée : 6h en continu 
danse - performance
Il n'y a pas de nouvelles dates programmées.
03 févr. 2018 — 11H30
Mucem

 

Performance adaptée du spectacle TOUCH DOWN  (2015)

TOUCH DOWN (time out) prend comme terrain d’enquête la ligne de touche des universités américaines et comme sujet d’observation ses icônes populaires : les cheerleaders, plus communément appelées pompom girls. Devenues figures incontournables de ce rituel, elles occupent aujourd’hui un rôle central dans la cérémonie du sport-spectacle : combler le vide des temps morts.

Maud Blandel se saisit du dernier week-end de l’exposition « Nous sommes foot » pour éprouver la pièce scénique TOUCH DOWN en la réadaptant en version muséale. Les visiteurs du Mucem croiseront ces danseuses aux sourires inaltérables qui, 6h durant, s’essouffleront pour emplir l’espace vacant. La pièce sera activée ou non, au gré des déambulations du public.

TOUCH DOWN a été présenté dans sa version scénique au Merlan scène nationale de Marseille, le samedi 30 janvier 2016 dans le cadre de Parallèle 6.

 

 
 

 

 

TOUCH DOWN

Maud Blandel — I L K A

TéléchargementTéléchargement
Dossier artistique Touch Down (pdf - 1.15 MB)
TéléchargementTéléchargement
Revue de presse - TOUCH DOWN (pdf - 933 KB)
Conception et chorégraphie
Maud Blandel
Création sonore
Orane Duclos 
Création lumière
Léa Maris
avec
Sidonie Duret, Lola Kervroëdan, Colline Libon, Aline Lopes, Maya Masse
 
 
Production
I L K A
 
Production et diffusion à l'internationale 
Parallèle - plateforme pour la jeune création internationale (FR)

Coproduction
Arsenic – centre d’art scénique contemporain, Lausanne (CH),  Les Subsistances, Laboratoire international de création artistique, Lyon (FR) 

Soutien 
Ville de Lausanne (CH), Loterie Romande (CH), Service culturel Migros Vaud (CH), Fondation Ernst Göhner (CH) ; Fondation Nestlé pour l’Art (CH) ; Pro Helvetia - Fondation suisse pour la culture (CH) ; Corodis (CH) ; Pour-cent culturel Migros (CH)

Création le 10 décembre 2015 à l'Arsenic - centre d'art scènique contemporain, Lausanne
Danse
Il n'y a pas de nouvelles dates programmées.
24 nov. 2017 — 19H
La Rampe, scène conventionnée danse et musique — 38130 Echirolles
19 juin 2016 — 11H
Théâtre de la Ville - Danse Élargie — Paris
18 juin 2016 — 11H
Théâtre de la Ville - Danse Élargie — Paris
30 janv. 2016 — 21H
Le Merlan scène nationale de Marseille — Marseille
10 déc. - 16 déc. 2015
ARSENIC Centre d'art scénique contemporain — Lausanne

 

Un jour, les Dieux des stades ont dit :

« Tenez jeunes filles, voici notre temps mort. Faites-en bon usage. »
Les adolescentes ont tendu les mains et accepté le présent.
Mais avaient-elles seulement conscience de la charge dont elles venaient d'hériter : une mise à mort du temps (par le « divertir ») qui marquerait peut-être le temps de leur propre mise à mort ? 

Et si le chef-d’œuvre de Stravinsky avait quelque chose de commun avec une pom-pom girl ? Et s’il existait un parallèle entre l’offrande humaine du Sacre du printemps et le destin tragique d’une cheerleader ? Confrontant culture savante et culture populaire, « noble » et « ig-noble », Maud Blandel lance cinq danseuses dans un ballet à la physicalité exacerbée, où les corps se mesurent à la puissance de la musique et de la lumière. Livrée aux feux de la rampe, aux Dieux du stade et à ses supporters en délire, la pom-pom girl enchaîne les tableaux. Mais de quelle idéologie est-elle l’icône ? Détournant jusqu’à les profaner les motifs de sa pratique ultra-codifiée, Touch Down redessine un folklore contemporain, où l’on sent poindre l’inquiétude face au sacrifice du corps féminin.