Madeleine Fournier et Jonas Chéreau

Jonas Chéreau et Madeleine Fournier se sont rencontrés durant leur formation au CNDC d’Angers sous la direction d’Emmanuelle Huynh. Ils sont interprètes pour différents chorégraphes et mènent en parallèle un travail de recherche chorégraphique dans lequel ils se mettent en scène. Ils co-signent en 2011 Les interprètes ne sont pas à la hauteur, une pièce dans laquelle ils imaginent à la façon de « faux chercheurs » ce que pourraient être des danses macabres, genre pictural et sculptural très populaire à l’époque médiévale. 

Sexe symbole (pour approfondir le sens du terme), qui est leur deuxième pièce ensemble, traite de la binarité du langage. Ils représentent cette opposition par le costume, l’une toute nue, l’autre tout habillé. La différence de costume devenant alors une métaphore de la différence sexuelle. Avec humour, les deux complices discutent les catégories comme le lisse et le rêche, le chaud et le froid, jusqu’à se « mélanger » en échangeant leurs vêtements ce qui va avoir pour effet de les entraîner dans une sorte de danse libératoire et jubilatoire. 

En 2013, ils présentent la performance L’œuf ou la poule dans le cadre de « Conversation with a stranger » projet pour lequel des artistes reçoivent de façon intime des spectateurs à l’hôtel Le Berger à Bruxelles. Un film a été créé à partir de cette performance intitulé 306 Manon et réalisé par Tamara Seilman, vidéaste avec laquelle ils collaborent régulièrement. En 2016, ils créeront ensemble le projet : Partout, à tout moment, à condition qu’au minimum un spectateur regarde, dans le cadre du projet Nomades initié par Nos lieux communs.

Sous-titre

Madeleine Fournier et Jonas Chéreau

Qu’est-ce qui se met en mouvement lorsque nous nous mettons en mouvement ? Le corps ? L’esprit ? Les deux réunis ? Dans une pratique à la fois physique et mentale, Jonas Chéreau et Madeleine Fournier explorent l’origine du geste, en commençant par le commencement : l’arrêt. Traversés par une foule de pensées et par le flux sonore du musicien Èlg, les deux danseurs offrent leur immobilité à tous les possibles. Se montreront-ils aussi sensibles et réactifs que le mobile qui trône au-dessus de leur tête ? De leur propre aveu, Sous-titre est une incantation, un espoir de voir venir quelque chose qui les agirait. Non comme des pantins, mais comme des passeurs. Passeurs d’un mouvement qui, d’invisible, devient visible.

Production déléguée La Dépose
Coproductions La Ménagerie de verre - Paris ; Le Vivat – scène conventionnée danse & théâtre  - Armentières
Avec l’aide à la production et à la diffusion de la Fondation Beaumarchais - SACD
Soutien de l’ADAMI et de la SPEDIDAM
Soutien résidence Espace Pasolini, laboratoire artistique - Valenciennes ; Kunstencentrum Buda - Kortrijk (Belgique) ; CDC L’atelier de Paris - Carolyn Carlson - Paris ; CND - un centre d’art pour la danse - Paris ; TU Nantes
Ce projet a reçu le soutien de la Drac Ile-de-France au titre de l’aide au projet.

" Armentières - Marseille - connexion " les festivals Vivat la danse ! et Parallèle accompagnent et soutiennent ensemble les artistes Jonas Chéreau et Madeleine Fournier que vous retrouverez dans les deux programmations.