Maya Masse

Diverti Menti

Maya Masse, Maud Blandel — I L K A

TéléchargementTéléchargement
(pdf - 194 KB)
 
Concept et chorégraphie
Maud Blandel

Chorégraphie et interprétation
Maya Masse

Musique
W.A. Mozart, A. Françoise, S. Aeschimann

Avec

Maya Masse (danseuse), Simon Aeschimann (guitare), Serge Bonvalot (tuba), Antoine Françoise (piano), et en alternance avec Samuel Fried (piano) et Flavio Virzi (guitare)


En collaboration avec
l'Ensemble Contrechamps de Genève

Création lumière
Daniel Demont

Assistanat et régie lumière
Edouard Hügli

Analyse musicale
Alain Franco

Regard Extérieur
Romane Peytavin
 
 
Production
I L K A
 
Montage de production et diffusion
Parallèle, Pratiques artistiques émergentes internationales, Marseille
 
Coproductions
Arsenic - centre d'art scénique contemporain, Lausanne | ADC - Association pour la Danse Contemporaine, Genève | Contrechamps, Ensemble de musique contemporaine de Genève   
 
Accueil en résidence
La place de la danse — Centre chorégraphique national Toulouse - Occitanie | Arsenic - centre d'art scénique contemporain, Lausanne | Maison des arts du Grütli - Studio de danse de l'ADC  | Centro Cultural do Car taxo, organisé dans le cadre de Materiais Diversos dans le cadre de MTT | Kanuti Gildi SAAL | Centre National de la Danse, dans le cadre de la formation édition spéciale #3
 
Soutiens
Ville de Lausanne | Pro Helvetia - Fondation Suisse pour la culture | Loterie Romande | Fondation Nestlé pour l'art | Corodis
 
Avec le soutien du Fonds culturel de la Société Suisse des Auteurs (SSA)
La pièce s'est développée dans le cadre du projet européen « More Than This ».
 

La compagnie I L KA bénéficie d’un contrat de confiance avec la Ville de Lausanne — 2021-2024. 

 

Création 2020



 

Pour sa troisième pièce intitulée Diverti Menti, Maud Blandel invite la danseuse Maya Masse à développer une approche de la composition à partir de la série des Divertimenti de Mozart. De cette recherche naît une réorchestration du Divertimento K.136 pour un quatuor inédit : trois solistes de l’Ensemble Contrechamps de Genève et un corps dansant. Que révèle une telle transposition du divertissement ? Qu’est-ce que cette nouvelle organisation dévoile de la fonction divertissante ? 

En faisant apparaître ce qu’un tel genre musical contient en terme d’expressivité, Diverti Menti oeuvre à la création d’une polyphonie : un corps musical, affranchi des nécessités narratives, dont les quatre voix tendront à une activité commune : se jouer des vitesses, déjouer le temps.
 
 
" L’un des enjeux de la création de Diverti Menti*, créé en janvier dernier, consistait à interroger la fonction caractéristique du divertissement - faire passer le temps - à travers le point de vue musical, plus précisément à travers l’usage du Divertimento mozartien.
 
Le point de départ était donc clair: travaillant originellement sur une pièce musicale composée pour un quatuor à cordes, nous travaillerions à notre propre réorchestration du Divertissement K.136 en invitant sur scène trois musiciens et le corps dansant comme quatrième instrument. C’est donc à partir d’une traduction - dans notre cas essentiellement rythmique - de la partition que la recherche chorégraphique et plastique ont été générées. Très vite est apparue une dimension passionnante: celle de l’expressivité de notre matériau. 
Comment rendre compte, par le corps, des caractéristiques d’une ligne d’alto ? de premier violon ? Et comment faire varier l’expressivité contenue dans chacune de ces lignes ? Multiplier ou diviser le tempo de notre partition par 2, décélérer progressivement toute une séquence jusqu’au seuil de l’immobilité… Ces jeux de vitesses, de dilatation et de contraction du temps, de désynchronisation, de cohabitation et de superposition de tempi sont devenus la base même des principes de composition. 
 
C’est étrange de constater que le rythme contient sa propre expressivité. Notre travail avec Maya Masse a été d’écouter, d’observer attentivement ce que ces cellules rythmiques nous murmuraient dans le creux de l’oreille. Ainsi, on assistait à leur singularisation : le rythme devenait visage, personnage. D’une certaine manière, Diverti Menti est construit comme une lente métamorphose de ces personnages rythmiques, sans pour autant qu’il n’y ait de narration.
 
On ne se lasse pas de regarder l’eau vive ou la flamme animée, parce qu’on y voit apparaître des figures. C’est précisément ces phénomènes d’émergence qui peuplent l’écriture de chacune des pièces. "
 
* Diverti Menti a été créé le 18 janvier 2020 à l’Arsenic de Lausanne en collaboration avec la danseuse Maya Masse et l’Ensemble Contrechamps.
 
Maud Blandel
Journal de l'adc, numéro 78